Cette page est plus propre que des pages testées (le ).
Ses 939,7 ko sont chargées en 30 requêtes, soit de eCO2 émit par chargement

CollapseMag

Date
2015
Client
Identité graphique
Support imprimé
À chaque chargement de cette page
Testé le
CO2 émit
Chargé
939,7 ko
Qualité

CollapseMag

Contexte

Suite à la perte des données collectées au sujet d’artistes contemporains lors du crash de mon disque dur, j’ai décidé de partager mes influences, mes découvertes et mes connaissances par le biais d’un blog artistique. Les articles sont publiés tous les 15 jours, ils sont dédiés à un artiste et à son oeuvre.

CollapseMag est un projet personnel qui mêle mon amour de l’art contemporain et du graphisme.

Le Magazine

Son nom est né de l’idée d’un malaise, d’un évanouissement (collapse en anglais) qui serait provoqué par un surplus d’informations, de connaissances que le cerveau ne saurait gérer correctement.

D’ailleurs, lors d’un évanouissement, la perception des sens est confuse. La vision est troublée, la mise au point est faussée et la fusion des images reçue par les yeux ne se fait plus. Les images que reçoivent chacun des yeux se chevauchent, on voit en stéréoscopie.J’ai créé un logotype, une identité graphique qui se déploie sur la page Facebook et un blog en ligne avec non loin de 20 articles.

Je ne remercierai jamais assez Didier Garguilo, illustrateur réunionnais de m’avoir aidé à améliorer et corriger les articles du blogzine.

Curieux·se de lire des articles ?

Réalisations

Logotype, Rédaction, Kit social, mise en page, design éditorial.

Logotype

Pour la conception du logo, j’ai utilisé les lettres C et M qui compose le nom CollapseMag.

J’ai souvent entendu malgré moi (ok, j’ai l’oreille partout), “mon petit neveux aurait pu le faire”, mon gamin de 3 ans ferai mieux », “l’art contemporain j’y comprend rien”… Je me suis remémoré ces remarques lorsque j’ai réfléchi au nom du blogzine.

Ce trouble de la vision dont je vous ai parlé précédemment existe aussi en photographie mais à moindre échelle. Les contours des objets photographiés peuvent être légèrement flous et colorés, on parle alors d’aberration chromatique. On peut observer des franges rouge/cyan, vert/magenta ou bleu/jaune.

Afin de faire sens, je désirais reproduire cet effet sur le logotype en utilisant les couleurs cyan, magenta, jaune et noir. Ces 4 couleurs sont la base de l’imprimerie pour créer toutes les autres, notamment par jeux de superposition.

Il me restait à rédiger un descriptif, un slogan percutant et concevoir le bandeau du groupe et plus tard celui de la page Facebook.

Magazine

Étant ambitieux, c’était l’occasion de travailler sur un projet complet mettant à profit mes compétences de conception graphique et d’analyse artistique. Cette édition est thématique et prend le corps comme objet d’étude, ce numéro 0, a pour nom Dé(s)cor(p)s pour la polysémie qui s’en dégage : des corps, décors… Pour ce faire, j’ai tout d’abord sélectionnés des artistes travaillant la thématique du corps.

Parmi les artistes présentés :

  • Bill Durgin, artiste photographe américain
  • Lucy McRae, designer britano-australienne 
  • Bart Hess, artiste et designer hollandais
  • Matthew Stone, Plasticien photographe britannique
  • Berlin De Bruyckère, Plasticienne belge
CollapseMag – sommaire
CollapseMag – Chapitre sur Matthew Stone
CollapseMag – Chapitre sur Matthew Stone
CollapseMag – Chapitre sur Lucy McRae
CollapseMag – Chapitre sur Lucy McRae
CollapseMag – Chapitre sur Bart Hess

L’habillage s’inspire des modélisations low-poly et de l’origami. Le magazine est mis en page avec audace. Les textes se déploient dans des cadres ronds, parallélépipède…

Pour aller plus loin dans la création d’un magazine artistique, j’ai également créé une version imprimée, un livret de quelque pages qui complète le magazine en ligne. Dans cette édition papier, la mise en page est audacieuse, la part belle est faites aux œuvres. Ces dernières sont accompagnées d’un court texte descrivant de la démarche de l’artiste.

Curieux·se de voir le magazine en ligne ?

Plusieurs années sont passées, CollapseMag a été malheureusement mis de côté depuis maintenant plusieurs années déjà…